En terminant notre billet précédent, nous avons émis l’hypothèse que la raison computationnelle, en tant que nouveau paradigme, induisait de fait une nécessaire modification du processus de production des instruments de recherche. Notre propos étant de suggérer des pistes de réflexion et d’essayer de traduire en termes concrets l’impact de ce nouveau contexte sur le processus de production à proprement parler.

Les grandes étapes des modes de production de nos inventaires

Pour ce faire, nous allons récapituler un peu schématiquement ce qu’ont été ces grandes étapes à partir de l’usage des machines à écrire :

Premier mouvement

Les inventaires étaient d’abord dactylographiés puis imprimés par des imprimeurs. Répertoire numérique détaillé de la sous-série 1C, Yves Soulingeas, AD43

Deuxième mouvement

L’avènement du traitement de texte dans les années 1980 : premiers effets de la raison computationnelle, la maîtrise sur la forme s’est ajoutée à la problématique de la production des contenus/descriptions.
Conséquence directe de la disponibilité de nouveaux moyens/outils, on a eu tendance à accorder beaucoup d’attention à la forme et à la présentation de l’inventaire.
Quel archiviste qui par l’usage d’un traitement de texte ne s’est pas un jour préoccupé de la place de la cote et des dates extrêmes ? Ou encore, de forger un titre qui permette de bien annoncer la liste d’articles à suivre et, pour des questions de lisibilité, de placer les cotes ou une description complémentaire là où elles ressortiraient le mieux, plutôt qu’en fonction de leur nature ?
Répertoire numérique détaillé, Fonds de la Croix-Rouge française, Délégation départementale de Maine-et-Loire et Délégation d'Angers par l'auteure

De façon tout à fait inattendue, on pourrait dire que la forme en est venue à prendre une telle place que, insidieusement, la présentation, en tant que telle, s’est mise à influencer et à agir sur la structuration de l’information. En d’autres termes, sur la façon dont l’archiviste organise la hiérarchie des contenus, du général au particulier, et ce, non pas du fait de prérogatives réellement archivistiques, mais bien du fait de préoccupations de présentation.
Tant que les instruments de recherche sont restés sous traitement de texte (et beaucoup sont encore produits de cette façon), que ces derniers ont été imprimés puis mis en salle de lecture à l’usage des publics, l’incongruité est restée quasi inaperçue. L’organisation hiérarchique de l’information était bien là mais plus visuelle que structurelle.
Avec l’usage du tableur, la problématique de structuration des contenus est revenue au premier plan.
Ces quelques exemples visent à illustrer comment les outils dont nous disposons pour produire peuvent induire le processus au sens de la raison computationnelle. C’est-à-dire au sens où nos modes de production sont informés par la façon dont nous mettons à profit les outils à notre disposition, le passage de la machine à écrire au traitement de texte ayant ainsi passablement modifié notre rapport à l’organisation de la hiérarchisation des contenus, de la structure organisationnelle des métadonnées descriptives.

Troisième mouvement

Avec la normalisation de la production des instruments de recherche, une nouvelle étape a été franchie. En effet, pour rappel, nous savons que les normes métier permettent d’harmoniser les pratiques et ont pour mode d’expression un format de fichier informatique correspondant.
Dans le cas des archivistes, la norme ISAD(G) a eu pour pendant la DTD-EAD, version 1, puis rapidement derrière la version 2002, toujours d’usage aujourd’hui mais pour peu de temps encore. Car, comme nous le savons, l’EAD 2002 est en passe de subir des évolutions qui s’annoncent conséquentes : l’EAD 3.
La normalisation a donc permis le franchissement d’une nouvelle étape en matière de production d’instruments de recherche par le passage à l’IR électronique normalisé. Au respect de la norme, s’est donc ajouté le respect d’une syntaxe. Les questions de présentation, de publication, devenant moins du ressort de l’archiviste que du webmestre ou de « l’e-archiviste ».

De l’IR au corpus d’IR

Rappelons-nous ce qu’implique concrètement la raison computationnelle : modification des modes de pensée, modification des processus.
Émettons un instant l’hypothèse qu’en portant l’attention de l’archiviste sur la prise en compte du corpus d’instruments de recherche plutôt que sur l’instrument de recherche isolé, la production ex nihilo de l’instrument de recherche participerait (au sens de la raison computationnelle) à la transformation de la pensée, à la transformation des processus de mise en œuvre métier et donc du rapport au faire de l’archiviste ? Qu’en serait-il ?
Pour établir un parallèle avec ce que nous dit Bachimont du dossier électronique patient, si l’on considère que le corpus d’instruments de recherche électroniques constitue une « unité électronique objectivable », il deviendrait une sorte « d’hyperdocument » que l’on peut manipuler en tant que tel.
Et que le corpus, rendu « réel et effectif comme structure informationnelle » par la virtualisation, introduit une « nouvelle » réalité, voire davantage de réalité que chaque inventaire produit isolément. Ne serait-il pas défendable, de ce point de vue, d’envisager que la production d’un instrument de recherche électronique ne peut se réduire à sa seule expression en un format informatique aussi normalisé soit-il, mais qu’il ne prend de sens réel que dans la mesure où sa construction découle d’une logique qui serait celle du corpus auquel il appartient ?

Contrairement à l’instrument de recherche isolé, la conception et la mise en œuvre d’un corpus d’instruments de recherche interrogeable relève de plusieurs étapes et éléments qui participent au tout qu’il constitue.
Il se compose :

  •   des IR qui le constituent
  •   mais aussi de la stratégie d’indexation ou clés d’accès.

Il est constitué par :

  •   les parcours voulus par l’archiviste (en fonction du caractère organique des documents mais pas uniquement).

Et, enfin, il repose sur la fondamentale harmonisation des processus de production :

  • forme (règles de nommage des IR par exemple),
  • fond (harmonisation des index et de leur usage),
  • mais aussi harmonisation de l’utilisation des outils en vue d’une production cohérente des contenus sans lesquels le corpus ne pourrait être interrogeable de façon transversale et optimale.

De ces besoins découle la nécessaire définition des processus de production et des règles en conformité à la « réalité » de sa structure informationnelle.

En guise de conclusion

Revenons à notre hypothèse : si la production ex nihilo des instruments de recherche participe à la transformation du rapport même de l’archiviste à la production, peut-on alors proposer que, dans le cadre de la raison computationnelle, le format de fichier ne saurait à lui seul constituer une fin en soi, un objectif à atteindre en dehors de toute considération de l’unité électronique objectivable ?
L’objectif, dans ce contexte, serait-il de se préoccuper moins de la syntaxe (qui peut évoluer à tout moment) mais bien d’inscrire le faire, la pratique, dans un processus qui garantirait d’une part, la pérennité du corpus en tant qu’unité objectivable et, d’autre part, son intelligibilité culturelle, c’est-à-dire le « faire sens » dans le temps ?
À l’heure où l’industrialisation de l’encodage a pour principale préoccupation la transformation syntaxique d’anciens inventaires, et même de plus récents, au seul objectif de disposer de fichiers « normalisés », il nous semble encore temps de prendre la mesure, pour notre métier, du paradigme proposé par Bruno Bachimont.

Oui, je m'inscris !

Je souhaite rester informé(e) et recevoir des nouvelles d'Anaphore !

Vous êtes maintenant inscrit. Merci de nous avoir rejoins et à très bientôt !

Share This

Partagez!